News de juillet 2024

Enfin, le soleil a pointé le bout de son nez … peut-être pas pour longtemps, peut-être que oui… il est temps de récolter, profiter de chaque accalmie et de retrouver la lumière

A Thuin, samedi 29 et dimanche 30 juin, ouverture des jardins suspendus et secrets

Connaissez-vous Thuin, petite ville surprenante nichée au sud de la province de Hainaut et ses jardins suspendus ? Site classé depuis 1976, il est repris sur la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie depuis plus de 10 ans.

Les jardins des possibles, 16 jardins suspendus publics mais aussi privés seront exceptionnellement ouverts le dernier we de juin. L’occasion de les découvrir à flancs de coteaux entre les différents niveaux de remparts. Un patrimoine incroyable, des vues magnifiques sur le paysage environnant.

Pour les programmes, infos, activités liées au jardin et adresses : www.centreculturelhautesambre.be

Et pour en savoir plus : voir mon article Les jardins suspendus, une bonne raison de découvrir Thuin : sous la rubrique Visites, Belgique de mon site www.nouvellesdejardins.be

Journées des plantes de Chantilly, 17, 18 et 19 mai 24

Aux Journées des plantes de Chantilly, les Belges sont décidément incontournables ! Qu’ils soient représentés parmi les pépiniéristes ou présents dans le jury comme Abraham Rammeloo, président du Jury et Conservateur de l’Arboretum Kalmthout, Christophe Crock Jardinier en chef de l’Arboretum Wespelaar ou Guillaume Mamdy, Jardinier botaniste au Jardin Botanique de Meise ; ils comptent dans le paysage horticole outre-Quiévrain. Plusieurs de leurs plantes sont à l’honneur. https://journeesdesplantesdechantilly.fr

Acer shirawasanum ‘Honeymoon’

©Thibault Charpentier

Voici encore une occasion de mettre en avant le travail d’hybridation de la pépinière Choteau située près de Binche. Issu d’un semis dont les parents sont A. ‘Jordan’ et A. ‘Aureum’, il a hérité de la force et la croissance vigoureuse du premier et du feuillage palmé lumineux teinté à l’automne d’orange du second.

Cet érable japonais « de la Pleine Lune » est un petit arbre, environ 5 sur 6m, qui demande un sol drainant et frais et une situation à mi-ombre. Un détail attire les amateurs : il est le seul des érables à présenter des épis floraux dressés au-dessus des feuilles. Notez aussi que pour les terrasses et balcons, il tient bien en pot. Pépinières Choteau : www.pepinieres-choteau.com

Chionanthus virginicus

©Thibault Charpentier

Une plante très ancienne, rustique, mais peu connue : le Chionanthus virginicus, natif d’Amérique et comme son nom l’indique, de Virginie, mérite qu’on s’y attarde. Une Oléacée rustique de forme arbustive, environ 3 x 3m, au feuillage caduc vert frais acide devenant bien doré à l’automne. Le spectacle a lieu de mi-mai à juin, lors de la floraison sous forme de pétales blancs très étroits. Une floraison originale, toute en finesse, délicatement échevelée et légèrement parfumée qui est suivie de petits fruits noirs. Pour lui assurer le meilleur, il faut prévoir du soleil; quant au sol, rien de bien particulier.

A ne pas confondre avec Chimonanthus praecox qui fleurit en hiver et parfume les alentours par ses petites clochettes jaune pâle.

 Il était au stand de l’excellente Pépinière belge du Vent Val & Bonnivers : www.pepiniereduventval.be

Styrax japonicus

©Thibault Charpentier

De la famille des Styracées, originaire d’une zone allant de l’Himalaya au Japon, voici un autre petit arbre d’avenir. Impossible de ne pas l’apercevoir au printemps, lorsque ses fleurs, des petites clochettes blanches retombantes, légèrement parfumées, apparaissent. En juin, on croirait qu’il est couvert de neige. Raison pour laquelle on l’appelle régulièrement l’arbre à perles ou aux clochettes d’argent … nettement plus joli comme nom que celui d’aliboufier.

Rustique, son port élégant ne gâche rien, environ 3 sur 3m, ce qui le rend particulièrement intéressant pour les petits jardins. Cela dit, il lui faut un sol frais, acide au soleil ou mi-ombre. Cette année, je me suis laissée tenter par une forme fastigiée, Styrax japonicus ‘June Snow’. Son port étroit, environ 1m, est presque colonnaire.

A Chantilly, il était présenté par la pépinière hollandaise Lowgardens Nurseries. www.lowgardens.com

Thalictrum petaloideum ‘Ghent Ebony’

©Thibault Charpentier

A l’instar des sanguisorbes, les Thalictrum sont des plantes vivaces rustiques et faciles, devenues indispensables dans les compositions actuelles plus libres, plus légères. Thalictrum petaloideum ‘Ghent Ebony’, d’origine asiatique, nous parle de notre pays. De la famille des Renonculacées, elle a été dénichée par le botaniste belge Marc Libert dans un semis de T. petaloidum. Marc Libert de l’université de Gand s’est fait connaître auprès du grand public notamment pour l’exceptionnelle collection de glycines qu’il a installée au Wisterium du château de Beerlegem, près de Gand.

Très facile à cultiver, en sol riche plutôt frais au printemps, idéalement à mi-ombre, elle supporte même les grands froids. Ses feuilles qui rappellent celles des ancolies, évoluent du bronze au printemps, au vert tendre; elles forment assez rapidement une touffe buissonnante qui atteindra environ 1 m de hauteur. La floraison en ombelles blanches est très vaporeuse. A admirer dans l’assortiment toujours merveilleux de la Pépinière de Thierry et Sandrine Delabroye : www.les-vivaces-de-sandrine-et-thierry.fr

Osmunda regalis ‘Purprescens’

©Thibault Charpentier

Au rayon des fougères, il y en a une qui se distingue parmi les autres tant elle est royale : l’osmonde, Osmunda regalis, une imposante fougère caduque ; la plus grande que l’on puisse trouver sous nos climats. Espèce protégée, elle peut atteindre 1,50 m de hauteur et réclame de l’espace pour sa croissance plutôt lente.

O. r. ‘Purprescens’ présente des jeunes crosses pourprées qui verdissent en s’élevant, prennent de superbes couleurs automnales dorées avant de se décolorer et disparaître. Si elle a de la place à mi-ombre, dans les zones humides et les fonds de massifs du jardin, elle apportera un peu de lumière. Pour la réussir, il ne faut pas oublier de la rabattre au démarrage de la végétation. Elle était proposée par Meers Vaste Plantenkwekerij : www.meersvpk.be

Alnus glutinosa ‘Imperialis’

©Thibault Charpentier

Une plante qui supporte le grand écart, qui accepte à la fois les pluies diluviennes et les sols secs à la suite des sécheresses à répétition, est-ce possible ?  Alnus glutinosa ‘Imperialis’, une ancienne sélection horticole française de 1858, est un petit arbre qui pourrait remplir ce rôle.

Rustiques, les aulnes appartenant à la famille des Betulacées, sont généralement utilisés dans les endroits humides, dans les sols lourds peu drainés et gorgés d’eau, dans les zones inondables. Particulièrement résilient, celui-ci supporte aussi le stress hydrique estival. D’une hauteur de 8 à 10m pour un encombrement d’environ 3m, il a une silhouette pyramidale. Son feuillage très découpé est particulièrement léger et élégant ; en automne, il tient longtemps sur l’arbre. Le jury a volontairement mis cet arbre ni rare, ni nouveau à l’honneur pour ses qualités horticoles si bien adaptées au contexte climatique actuel. Il était présenté par les Pépinières Jacky Ravazé mais vous pouvez aisément le dénicher dans toute bonne pépinière. : https://ravazejacky.site-solocal.com

Fondation Willy Böttcher

©Thibault Charpentier

Sans doute, avez-vous déjà rencontré Jean-Marie Dheedene derrière la bannière de la Fondation Willy Böttcher ? En 2014, il reprend la pépinière Böttcher, dans laquelle il allait régulièrement travailler bénévolement. Jeune retraité, il décide de s’y investir. Depuis, il est présent aux différentes fêtes de plantes avec un stand toujours débordant de fleurs. Une très belle collection de clématites, environ 150, dont une quinzaine de variétés parfumées. Une histoire de passion et de savoir-faire récompensée par le jury ! Fondation Böttcher : www.bottcher-clematis.be

Au fil des saisons

Puisque le soleil a l’air de vouloir être de la partie, voici quelques balades dans les parcs et jardins du pays :

Rosa ‘Dentelle de Bruxelles’
  • Visites guidées et gratuites des parcs bruxellois les dimanches 7 et 28 juillet, 4 août, 8 et 29 septembre à 11h par l’asbl Arkadia avec le soutien de Bruxelles Environnement. Elle propose des visites guidées gratuites dans des lieux emblématiques comme les parcs Duden, du Cinquantenaire, de l’abbaye de la Cambre, Roi Baudouin, Georges Henri, Rouge-Cloître ou de Laeken. Réservation en ligne préalable https://arkadia.be
  • Comme chaque année, tenez à l’œil l’agenda des visites des jardins privés d’exception proposées par deux sympathiques associations que je soutiens depuis toujours : Jardins en Pays de Liège : 2 jardins ouverts le 6 juillet et 1 jardin le 3 août http://www.jardinsenpaysdeliege.be ; ensuite, Au fil des jardins : 2 jardins ouverts le 14 juillet www.aufildeleau.info
Rosa ‘Ville de Bruxelles’

Pour d’autres bons plans du jardin, rendez-vous : www.fwhnet.be/au-fil-des-saisons

Partager