A la gloire de l’Hydrangea macrophylla

Cette année, la floraison des Hydrangea macrophylla est exceptionnelle. Partez à leur découverte lors des visites guidées organisées à la pépinière de la Thyle
Hydrangea macrophylla You&Me Together

Ils n’ont jamais été aussi beaux. Thierry de Ryckel est heureux. Ravi de les voir fleurir de manière aussi abondante et voluptueuse. Pendant les journées caniculaires de début de juillet, ses brouettes remplies d’eau les ont patiemment abreuvés pour nous permettre de ne pas rater le spectacle. Aujourd’hui, il présente leurs plus beaux atours dans son jardin de démonstration.

Hydrangea ou Hortensia ?

Dans cette grande famille des Hydrangéacées se bousculent une série d’arbustes parfois bien différents les uns des autres. Dans la bouche des connaisseurs, des macrophylla, serrata, paniculata, arborescens ou autre quercifolia … pour ne parler que d’eux. Nous allons cette fois, vous conter l’Hydrangea macrophylla appelé communément hortensia, nom dérivé du mot latin hortensius ou « jardin ». En l’honneur d’une certaine Hortense ? Par ce qu’il aurait été déniché dans le jardin du Roi dans l’île de Bourbon ? Nul ne le sait vraiment.

En tous cas, l’hortensia a toujours figuré en bonne position dans les classiques horticoles de nos grands-parents. Leurs boules de fleurs bien rondes, parfois très larges languissaient l’été, appuyées sur le mur des vieilles chaumières. Imbattables, leurs fleurs stériles nous gratifient d’une profusion de fleurs bon enfant ou plus raffinées selon les espèces. Quelques-unes comptent aussi des fleurs fertiles, toutes petites, parfois minuscules comme des grosses têtes d’épingle. Ce sont alors des Hydrangea à têtes plates, les bonnets de dentelles ou « lacecaps ».

H. m. ‘Dark angel purple’

Les confusions sont fréquentes. Surtout chez les botanistes. Le jardinier quant à lui, s’en moque, du moment qu’avec opulence, ces protégés fleurissent longtemps, de fin juin à mi-octobre. Une seule chose lui importe : connaître le nom exact pour identifier l’espèce, chacune ayant des conditions spécifiques de culture. Ceci pour éviter toute déception.

Macrophylla

Chaque année apparaissent de nouvelles variétés d’Hydrangea macrophylla. De toutes tailles, de toutes couleurs. Celles-ci variant essentiellement en fonction de la nature du sol et de la présence ou non de sulfate d’aluminium. Soit blanche, soit dans les gammes de rose tirant vers le rouge ou dans celles de bleu. Au fil des semaines, les teintes changent délicatement. Une multitude de nuances. Comme un kaléidoscope.

Pour reconnaître un H. macrophylla au beau milieu de ses cousins, ne vous attardez pas à sa fleur même si sa forme en boule est un indice. Regardez plutôt la feuille. Si elle est grande, luisante et vernissée, il s’agit bien d’un H. macrophylla. C’est le critère le plus important et le plus fiable.

H. m. ‘Tovelit’

Sa principale caractéristique ? Il fleurit sur le bois produit l’année précédente. En d’autres mots, les fleurs sont déjà présentes dans les boutons de la plante durant l’hiver. A retenir au moment de la taille annuelle du mois d’avril, lorsque la végétation reprend. Elle consiste en une simple taille de toilettage visant uniquement à retirer le bois mort ainsi que les restes de fleurs fanées. En cas de taille sévère, adieu les promesses de fleurs. Cependant, sur les vieux sujets dont les branches sont imbriquées l’une dans l’autre, il est parfois utile de recéper et d’enlever l’une ou l’autre branche à la base. Pour apporter de la lumière au centre de la plante.

Originaire d’Asie, notamment du Japon, et plus précisément des plaines et régions côtières baignées d’un climat maritime doux, l’Hydrangea macrophylla n’aime ni le soleil brûlant qui pourrait abîmer les floraisons, ni les gelées printanières apparaissant dans les situations peu abritées. Ces dernières pourraient endommager les bourgeons formés l’année précédente. Aucun souci à se faire  en ville. Mais pour avoir de beaux Hydrangea macrophylla ailleurs, l’emplacement dans une atmosphère confinée à l’opposé d’une ambiance dégagée est déterminant. Pensez par exemple à les planter le long d’un mur ou sous un arbre à feuillage persistant. Au nord ou à l’ouest, plutôt qu’à l’est ou au sud. Quant au sol, rien de bien spécial. Une bonne terre de jardin riche et humifère.

2015

L’année est en effet exceptionnelle. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. L’hiver dernier a été raisonnablement froid sans alternance de gel et dégel qui apporte toujours des dégâts. L’automne, très correct : les premières gelées sont apparues tardivement en décembre lorsque les bourgeons d’hiver des arbustes étaient déjà bien formés et bien durs. Au printemps, il y a bien eu quelques petites gelées au sol  mais elles n’ont pas altéré les boutons. Enfin, comme il faisait frais la journée, la végétation n’est sortie qu’en avril. Voilà pourquoi les fleurs ne s’ouvrent en profusion que depuis quelques jours. Le must ! Merci la météo.

Hybrides

A nous la féérie des ‘Merveille sanguine’, ‘Kluis superba’, ‘Lady Mariko’, ‘Miraï’, ‘Nikko Blue’ et j’en passe. Certaines variétés nouvelles se font spécialement remarquer. Il s’agit d’hybrides issus de croisements entre l’H. macrophylla et l’H. serrata réalisés par des horticulteurs. Ils s’amusent à conjuguer les qualités de leurs deux parents. Les uns rappellent le premier à la floraison étonnante et longue, les autres, le deuxième aux fleurs sans doute plus petites mais au feuillage automnal bien coloré en situation ensoleillée. H. ‘Twist and shout’ à tête plate de la série des Endless Summer a beaucoup de succès. Toujours fidèle au poste au moment de la floraison. Quant à l’H. You and me ‘Together’ de la série des You & Me, il offre, le long d’un mur, de magnifiques fleurs doubles ou triples.

H. Hovaria ‘Hopcorn’
H. macrophylla ‘Lady Mariko’
Hydrangea Endless Summer ‘Twist and Shout’

Visites guidées à la Pépinière de la Thyle

La pépinière, centre de référence et d’expérimentations reconnu par la région Wallonne, possède une des plus grandes collections d’Hydrangea en Europe. Environ 300 variétés. Située dans un vallon non abrité du centre de la Belgique, Thierry a acquis de ce fait, un avis autorisé sur le comportement des différents hydrangeas en conditions difficiles. Son expérience de terrain d’une vingtaine d’années est précieuse. Il l’a relatée dans un ouvrage, Hortensias et autres hydrangéas, paru aux Éditions Ulmer, 2011. Nouvelle édition : Hortensias et Hydrangéas d’aujourd’hui, Editions Ulmer 2019.                                                                                                            

www.pepinieredelathyle.com   

Partager